Passer au contenu

Les présidents de la Chambre des communes du Canada

 

L’honorable sir George Airey Kirkpatrick
C.P. (1883-1887)

Le 27 avril 1870, George Kirkpatrick réussit à se faire élire dans sa circonscription de la région de Kingston et à succéder ainsi à son père (député fédéral conservateur), décédé un mois auparavant. Âgé de 29 ans seulement, il entreprit une carrière de 22 années consécutives à la Chambre, aidé peut-être par le fait que sa circonscription de Frontenac était située tout à côté de celle du premier ministre sir John A. Macdonald et par la grande amitié qui avait uni son père à Macdonald. Malgré ces relations étroites, il n’obtint jamais de poste au sein du Cabinet.

En 1883, Macdonald décida de proposer Kirkpatrick à la présidence; faisant allusion au tricorne cérémonial du président, Macdonald écrivit à Kirkpatrick : « J’ai l’intention, si vous n’y voyez aucune objection, de vous affubler d’un chapeau à cornes à l’ouverture de la législature la semaine prochaine. » En Chambre, Macdonald déclara que Kirkpatrick avait « acquis l’estime, voire l’affection, de ses confrères députés ». Sir Hector Langevin, ministre des Travaux publics, appuya la candidature, mais fit remarquer que Kirkpatrick avait une connaissance limitée du français.

Le chef de l’Opposition, Edward Blake, souleva cependant une interrogation plus générale. Il commença par citer les paroles de Macdonald au sujet de la réélection du président James Cockburn en 1873 : Macdonald avait alors déclaré qu’il « essayait le système adopté en Angleterre et qui fonctionnait si bien : si le président a exécuté un travail satisfaisant auparavant, il ne devrait pas être remplacé sans bonne raison au début de chaque nouvelle législature ». Macdonald faisait donc volte-face. Pourquoi ne nommait-il pas de nouveau l’ancien président Joseph-Godric Blanchet? Blake conclut en disant qu’il espérait que Kirkpatrick « s’efforcerait de maintenir la dignité de la Chambre en prenant, à certaines occasions, quelques mesures plus rigoureuses que celles prises par ses prédécesseurs, et réprimerait, dès que possible, les incidents qui, s’ils se prolongent, finissent inévitablement par prendre une tournure encore plus désastreuse ».

On rapporta que Kirkpatrick ne fut pas enchanté d’être élu président, mais on dit aussi de lui qu’il fut « probablement le meilleur, sinon le plus impartial, de tous les présidents du XIXe siècle ». Il déplut sans doute à certains députés conservateurs en prenant parfois des décisions défavorables au gouvernement; il suscita certainement le courroux du premier ministre, qui le jugeait trop faible en Chambre et trop près d’Edward Blake. Macdonald ne le proposa pas à la présidence en 1887 et lui refusa un poste au sein du Cabinet l’année suivante. Kirkpatrick demeura simple député jusqu’à ce que le premier ministre conservateur John Abbott recommande, en 1892, au gouverneur général de le nommer lieutenant-gouverneur de l’Ontario.

George Airey Kirkpatrick fut fait chevalier en 1897, à l’occasion des festivités entourant le jubilé de diamant de la reine Victoria.

Président suivant : L’honorable Joseph-Aldric Ouimet

Président précédent : Joseph-Godric Blanchet


Artiste : Frances E. Richards Rowley
Date: 1887

Naissance : Kingston, Canada-Ouest, 1841

Décès : Toronto (Ontario), 1899

Secteurs d’activité professionnelle :
droit, affaires, service militaire

Affiliation politique : conservateur

Carrière politique :

Premier ministre pendant sa présidence :