Passer au contenu

Les présidents de la Chambre des communes du Canada

 

L’honorable Joseph-Aldric Ouimet
C.P. (1887-1891)

Dans sa jeunesse, Joseph-Aldric* Ouimet avait deux grands champs d’intérêt qui allaient façonner sa carrière par la suite : le service militaire et le droit. Il n’avait que 17 ans au moment où on lui a décerné son diplôme de l’école d’infanterie de Québec et il avait déjà obtenu un diplôme en droit en Ontario quand, à la fin de l’année 1870, à l’âge de 22 ans, il fut nommé lieutenant en premier au sein des Chasseurs canadiens et combattit la seconde invasion des Fenians. Comme la chose qui l’intéressait le plus ensuite était la politique conservatrice, il entreprit en 1873 une longue carrière de député (23 années), fier partisan des politiques libérales-conservatrices du premier ministre sir John A. Macdonald, entre autres sur un tarif protecteur et sur le Chemin de fer Canadien Pacifique Limitée.

En 1885, à titre de lieutenant-colonel, Ouimet recruta un régiment de Montréal pour aller combattre la Rébellion du Nord-Ouest. Or à son retour, il rompit avec Macdonald puisqu’il vota pour la motion dénonçant la décision du gouvernement de faire exécuter Louis Riel. Certains prétendirent que Macdonald tentait de faire la paix avec Ouimet au moment où il proposa la candidature de ce dernier à la présidence en 1887. Le chef de l’Opposition, Edward Blake, déclara avant l’élection de Ouimet que le nouveau président devait sa promotion au fait qu’il s’était prononcé contre l’exécution de Louis Riel et avait voté contre la conduite du gouvernement envers les Métis.

Le mandat de quatre ans de Ouimet se déroula sans incident majeur; un contemporain de Ouimet remarqua que « sa bonne humeur, son désir manifeste de faire preuve d’équité [...] lui acquirent les appuis des deux côtés de la Chambre ». Après les élections générales de 1891, en raison du désir du gouvernement d’alterner entre des présidents anglophones et francophones, Ouimet redevint simple député et Macdonald nomma Peter White à la présidence. L’année suivante, le premier ministre sir John Abbott nomma Ouimet au Cabinet à titre de ministre des Travaux publics. Quatre ans plus tard, Ouimet quitta la politique pour accepter un poste de juge à la Cour du banc de la reine au Québec, poste qu’il occupa jusqu’à sa démission pour raisons de santé en 1906.

Après avoir mis sur pied un régiment pour mater la Rébellion du Nord-Ouest de 1885, Joseph-Aldric Ouimet s’opposa plus tard à l’exécution de Louis Riel.

Président suivant : L’honorable Peter White

Président précédent : L’honorable sir George Airey Kirkpatrick

Les noms Aldric et Aldéric sont utilisés indifféremment dans les sources.Retour au texte ]


Artiste : René Émile Quentin
Date: 1889

Naissance : Sainte-Rose, Canada-Est, 1848

Décès : Saint-Polycarpe (Québec), 1916

Secteurs d’activité professionnelle :
droit, service militaire

Affiliation politique : conservateur

Carrière politique :

Premier ministre pendant sa présidence :