Passer au contenu

Les présidents de la Chambre des communes du Canada

 

L’honorable Louis-Philippe Brodeur
C.P., c.r. (1901-1904)

Fier libéral depuis sa jeunesse – il a aussi été président d’un parlement modèle au milieu des années 1880 –, Louis-Philippe Brodeur était un fervent partisan de sir Wilfrid Laurier, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Chambre des communes. Élu pour la première fois en 1891, il offrit d’abandonner son siège afin de permettre à un candidat ministrable défait de se faire élire dans sa circonscription. Sa prestation à la Chambre convainquit le premier ministre Laurier de le nommer vice-président cinq ans plus tard.

Compte tenu du décès du président sir James Edgar et de la décision du successeur d’Edgar, Thomas Bain, de ne pas être candidat aux élections de 1900, Brodeur était le choix naturel pour la présidence en 1901. Sa mise en candidature par Laurier fut accueillie par des hourras en Chambre et le chef de l’Opposition et ancien premier ministre, sir Charles Tupper, exprima la confiance de son parti en Brodeur.

Le nouveau président dirigea des débats mouvementés en Chambre au cours des trois années qui suivirent, entre autres sur les problèmes liés aux traités et aux relations commerciales avec les États-Unis, la délicate question de la frontière de l’Alaska avec le Canada et les déclarations publiques du comte de Dundonald, officier général commandant de la milice canadienne, qui mettait injustement en doute la supervision civile des forces armées du Canada. Le dossier le plus controversé fut cependant la politique de transport du gouvernement concernant un éventuel second chemin de fer transcontinental (sujet qui domina les élections générales de 1904). En règle générale, les députés se dirent satisfaits de l’impartialité de Brodeur.

En janvier 1904, le premier ministre décida qu’il avait besoin de Brodeur dans son Cabinet; Brodeur démissionna de la présidence et fut assermenté à titre de ministre du Revenu intérieur. Il fut rapidement perçu comme le lieutenant de Laurier au Québec, jusqu’à ce qu’une maladie récidivante mette fin à sa carrière politique en 1911. Laurier le nomma à la Cour suprême du Canada, où il siégea jusqu’à ce que la maladie le forçât à prendre sa retraite en 1923. Le premier ministre Mackenzie King recommanda alors au gouverneur général de nommer Brodeur lieutenant-gouverneur du Québec. Il mourut deux mois après son entrée en fonction.

À titre de ministre, Louis-Philippe Brodeur fut responsable de la création, en 1910, des Forces navales du Canada, renommées Marine royale du Canada l’année suivante.

Président suivant : L’honorable Napoléon Antoine Belcourt

Président précédent : Thomas Bain


Artiste : Ozias Leduc
Date: 1904

Naissance : Belœil, Canada-Est, 1862

Décès : Québec (Québec), 1924

Secteurs d’activité professionnelle :
droit, journalisme

Affiliation politique : libéral

Carrière politique :

Premier ministre pendant sa présidence :