Passer au contenu

Les présidents de la Chambre des communes du Canada

 

L’honorable Thomas Simpson Sproule
(1911-1915)

Thomas Sproule avait 68 ans quand le premier ministre Robert Borden proposa sa candidature à la présidence en 1911. Médecin de formation comptant 33 années d’expérience en Chambre, il était bien connu pour son dévouement fervent envers l’Ordre d’Orange protestant (un avantage pour le parti conservateur, pensait Borden à l’époque).

Au moment d’appuyer à contrecœur cette nomination, le chef de l’Opposition, sir Wilfrid Laurier, déclara que le seul défaut de Sproule était d’être « un conservateur, un conservateur des plus conservateurs, l’emblème ultime du conservatisme ». Borden décria immédiatement la « mauvaise humeur » de Laurier. Borden savait que Sproule ne parlait pas français; plus tard, il raconta que Sproule « était très consciencieux » et que « dès son élection à la présidence, il se sentit contraint d’étudier cette langue, dont il ignorait tout, afin d’être capable, à tout le moins, de réciter les prières en français ». Lors de la première tentative de Sproule, William White, ministre des Finances, mentionna à son voisin en Chambre, Frederick Monk, ministre des Travaux publics, que Sproule s’en était très bien tiré. Monk lui répondit : « Je suis certain que Notre Seigneur l’a compris ». Cependant, Sproule avait tendance à prononcer « seau » plutôt que « ciel ».

L’impartialité de Sproule en Chambre fut durement mise à l’épreuve en 1913 par le tumultueux débat concernant le projet de loi sur la marine (pour décider si le Canada devait conserver sa propre marine ou contribuer à la Marine royale). Pendant une tentative d’obstruction de l’opposition, le président des comités pléniers (le vice-président), Pierre-Édouard Blondin, fut dépassé par les événements à deux occasions; Sproule reprit la présidence à chaque fois. Il fut également débordé et dut se résoudre à désigner par son nom le député libéral Michael Clark (Red Deer) – l’étape avant l’expulsion hors de la Chambre et la première fois depuis la Confédération qu’un président dut nommer ainsi un député. Laurier rejeta l’offre de Borden de procéder à un débat complet et ce dernier présenta un nouvel article au Règlement permettant une manœuvre de clôture – procédure visant à mettre fin au débat et à forcer un vote.

Sproule abandonna ses fonctions de président en décembre 1915, en raison de problèmes de santé, et fut nommé sénateur. Il mourut deux ans plus tard.

En 1902, Thomas Simpson Sproule devint grand maître de la Grand Orange Lodge; en moins de 20 ans, le Canada et Terre-Neuve représentèrent 60 % des orangistes à l’échelle mondiale.

Président suivant : L’honorable Albert Sévigny

Président précédent : L’honorable Charles Marcil


Artiste : John Colin Forbes
Date: vers 1913

Naissance : King Township, Canada-Ouest, 1843

Décès : Markdale (Ontario), 1917

Secteurs d’activité professionnelle :
médecine, affaires, agriculture

Affiliation politique : conservateur

Carrière politique :

Premier ministre pendant sa présidence :