Passer au contenu

Les présidents de la Chambre des communes du Canada

 

L’honorable Marcel Joseph Aimé Lambert
C.P., c.r., B.Comm., B.A., B.C.L., M.A. (1962-1963)

« J’espère que nous aurons des journées bien remplies et je suggère à tous les honorables députés de s’efforcer de respecter le Règlement », dit Marcel Lambert dans sa première allocution en Chambre après son élection à la présidence en septembre 1962. Compte tenu des possibilités de perturbations que présentait l’élection d’un gouvernement minoritaire, il n’avait pas l’intention de se laisser dépasser par les événements en Chambre.

Les députés de l’opposition – et même les députés du gouvernement progressiste-conservateur – ne tardèrent pas à constater la lourdeur de l’obligation que leur imposait le président de se conformer au Règlement. Ils s’opposaient particulièrement à l’obligation de ne poser que des questions pertinentes et des questions supplémentaires permises pendant la période des questions, comme le prévoyait le Règlement. Certains députés préconisaient, semble-t-il, la contestation des décisions de la présidence au moyen de votes officiels.

Imperturbable – Lambert avait servi dans des chars d’assaut pendant la Deuxième Guerre mondiale et il avait passé près de trois ans dans un camp de prisonniers de guerre allemand –, le président faisait preuve de fermeté dans ses décisions sur les questions litigieuses et futiles. Au début de 1963, les dissensions dans le Cabinet du premier ministre Diefenbaker que provoquait la possibilité d’armer les missiles antiaériens canadiens d’ogives nucléaires soulevèrent un enjeu politique en Chambre. Lambert rejeta la tenue d’un débat d’urgence sur la question des missiles Bomarc, mais sa décision fut infirmée par la Chambre.

Peu de temps après, le premier ministre nomma Lambert ministre des Affaires des Anciens Combattants, ce qui mit fin au plus court mandat de président de la Chambre des communes canadienne (27 septembre 1962-11 février 1963, soit moins de cinq mois). Lambert fut élu député dix fois et en 1984, le premier ministre Mulroney le nomma à l’Office des transports du Canada. À l’annonce de la mort de Lambert en 2000, l’ancien premier ministre Joe Clark lui rendit hommage en disant qu’il « avait acquis la réputation d’être un arbitre sévère dans une Chambre chahuteuse à une époque passionnante ».

Marcel Lambert fut le dernier président nommé au Cabinet après sa démission. De telles nominations étaient courantes autrefois.

Président suivant : L’honorable Alan Aylesworth Macnaughton

Président précédent : Le très honorable Daniel Roland Michener


Artiste : Kenneth Keith Forbes
Date: 1963

Naissance : Edmonton (Alberta), 1919

Décès : Barrhead (Alberta), 2000

Secteurs d’activité professionnelle : droit, service militaire

Affiliation politique : conservateur

Carrière politique :

Premier ministre pendant sa présidence :