Passer au contenu

Les présidents du Sénat du Canada

 

L’honorable sir Alexandre Lacoste
C.P., K.C.M.G., c.r. (1891)

Avocat éminent de Montréal, Alexandre Lacoste était le fils d’un notaire, conseiller législatif et sénateur bien connu. Il a joué un rôle important en conseillant le Parti conservateur en coulisse, mais il a résisté aux pressions exercées sur lui pour qu’il se fasse élire député. Il a plutôt concentré son énergie sur son travail d’avocat, qui entraînait de nombreux voyages à Londres pour plaider devant le Comité judiciaire du Conseil privé, alors le plus haut tribunal du Canada. Dans une de ses plus importantes affaires constitutionnelles, il a soutenu, avec succès, qu’une province avait le pouvoir d’imposer les sociétés commerciales en vertu de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, 1867. Il n’hésitait jamais à faire connaître son admi­ration pour la Constitution donnée au Canada par la Confédération et pour la politique et les institutions libérales du Royaume-Uni, notamment la façon dont elles touchaient les Canadiens français.

Il a finalement accepté de siéger à la Chambre haute du Québec, le Conseil législatif, en 1882, à l’âge de 40 ans. En décembre 1883, il a remis sa démission et, le mois suivant, le premier ministre conservateur sir John A. Macdonald a recommandé sa nomination au Sénat. Selon Alfred DeCelles, le bibliothécaire parlementaire adjoint, Lacoste « croyait que la principale fonction du Sénat, notre plus haut corps législatif, était de former une cour de révision dont la vigilance ne se relâcherait jamais ». La conception rationnelle et ciblée qu’avait Lacoste du droit – qui, ainsi que le rappelait Laurent-Olivier David, n’avait « rien de brillant, [avec] peu de vernis dans ses plaidoyers […], mais beaucoup de logique, de force et de clarté » – le rendait tout à fait apte à siéger à cette « cour de révision ».

La nomination de Lacoste à la présidence du Sénat en avril 1891 a été fort bien accueillie par ses collègues sénateurs. Moins de cinq mois plus tard, toutefois, Lacoste a démission­né de son poste de président et de son siège de sénateur pour devenir juge en chef de la Cour du banc de la reine de la province de Québec, poste qu’il a occupé pendant 16 ans. Peu après cette nomination, en 1892, il a été fait chevalier par la reine Victoria. Il avait alors 50 ans.

Lacoste a, tout compte fait, passé plus d’un an de sa vie à bord de navires à vapeur faisant la navette entre le Canada et l’Angleterre pour aller plaider devant le Comité judiciaire du Conseil privé, alors le plus haut tribunal du Canada.

Président suivant : L’honorable John Jones Ross

Président précédent : L’honorable George William Allan

Portrait de l’honorable Sir Alexandre Lacoste

Naissance : Boucherville (Canada-Est), 1842

Décès : Montréal (Québec), 1923

Antécédents professionnels : droit

Affiliation politique : conservateur

Carrière politique :

Premiers ministres durant
sa présidence :