Passer au contenu

Les présidents du Sénat du Canada

 

L’honorable Lawrence Geoffrey Power
C.P., c.r., B.A., LL.B. (1901-1905)

À son entrée au Sénat, Lawrence Power disposait du profil idéal pour devenir président. Il avait de l’instruction, il connaissait la procédure parlementaire et il avait de l’expérience en rédaction de projets de loi.

En 1858, à l’âge de 16 ans seulement, il a obtenu un B.A. du collège St. Mary’s, un petit établissement catholique de Halifax. Pendant deux ans, il a étudié dans deux collèges catholiques en Irlande. Il a obtenu le grade de bachelier en droit à l’école de droit de Harvard, où il a participé à des parlements étudiants. Un de ses condisciples à Harvard était Oliver Wendell Holmes, fils, qui a été juge de la Cour suprême des États-Unis durant 30 ans.

Le père de Power a été député à la Chambre des communes, mais, plutôt que d’entrer en politique, le jeune Power a d’abord choisi de faire du travail non partisan : il a été greffier adjoint et greffier des projets de loi à l’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse de 1867 à 1877. Dans le cadre de son travail, il a rédigé plusieurs projets de loi et a contribué à la préparation des Lois refondues de la Nouvelle-Écosse. Il a été élu à deux reprises au conseil municipal de la ville de Halifax et a été commissaire d’école pendant une décennie.

Il est possible que son intérêt pour la religion catholique soit indirectement responsable de sa nomination au Sénat en 1877 par le premier ministre Alexander Mackenzie. En effet, un an avant, il avait écrit au Globe de Toronto une lettre dans laquelle il critiquait l’opposition de certains prélats catholiques au Parti libéral – lettre qui a suscité un vif intérêt. Lorsque le Néo-Écossais sir Edward Kenny – porte-parole des catholiques anglophones – a été renvoyé du Sénat pour absentéisme, Power a été vu comme un remplaçant logique.

Il a été nommé président 24 ans plus tard, en 1901, « grâce à ses vastes connaissances, son excellent naturel, sa courtoisie et son sens général de l’équité », comme le dira plus tard un observateur. Il a occupé la présidence jusqu’en 1905. On dit que voyant passer Power, sir John A. Macdonald aurait eu ces bons mots : « Voilà un honnête homme. »

Power, un historien amateur, a écrit sur une variété de sujets, dont l’emplacement du Vinland, le Sénat du Canada et l’affaire des écoles du Manitoba.

Président suivant : Le très honorable Raoul Dandurand

Président précédent : L’honorable Sir Charles Alphonse Pantaléon Pelletier

Portrait de l’honorable Lawrence Geoffrey Power

Naissance : Halifax (Nouvelle-Écosse), 1841

Décès : Halifax (Nouvelle-Écosse), 1921

Antécédents professionnels : droit

Affiliation politique : libéral

Carrière politique :

Premier ministre durant
sa présidence :