Passer au contenu

Les présidents du Sénat du Canada

 

L’honorable Auguste-Charles-Philippe-Robert Landry K.C.S.G., K.C.H.S., B.A. (1911-1916)

Philippe Landry compte parmi les rares présidents du Sénat qui aimaient la controverse et l’affrontement comme moteurs des débats : « Le déchaînement de la vie politique était son élément », a dit un jour un collègue conservateur.

On comprend aisément qu’il ait été fortement attiré par une carrière militaire. Il était un étudiant de 16 ans lorsqu’il s’est joint au corps de cadets du séminaire de Québec et, plus tard, son bataillon a été appelé au combat durant les raids des Féniens de 1870.

En 1873, il a fait sa première incursion dans la politique provinciale du Québec, étant battu comme candidat conservateur à une élection partielle, mais remportant son siège aux élections générales de 1875. L’année suivante, cependant, l’élection fut annulée à cause de manœuvres électorales illégales et Landry s’est vu interdire de se présenter à une élection provinciale pendant sept ans. Il s’est alors tourné vers la politique fédérale, gagnant un siège aux élections fédérales de 1878 et étant réélu en 1882. Avant sa défaite en 1887, il avait la réputation d’être un débatteur redoutable qui prenait souvent la parole à la Chambre des communes au nom des conservateurs.

En 1892, le premier ministre John Abbott a recommandé sa nomination au Sénat, où Landry s’est intéressé particulièrement aux questions religieuses et scolaires touchant le Québec et les écoles francophones de l’Ontario. Il a publié deux livres et au moins neuf pamphlets sur ces différends politiques. Le premier ministre Robert Borden l’a nommé président en 1911; il a démissionné quatre ans et demi plus tard, en partie parce que le gouvernement fédéral hésitait à intervenir dans une controverse liée aux écoles séparées en Ontario.

En 1915, les décisions de Landry ont souvent été contestées et annulées par le Sénat. À un certain point, Landry s’est absenté du Sénat pendant plusieurs jours de séance parce que, comme il l’a dit à son retour : « J’avoue avoir ressenti profondément la défection d’amis conservateurs qui s’est manifestée dans un vote hostile de la part de quelques-uns. » L’année suivante, il a fait l’objet d’une motion de blâme pour avoir qualifié des sénateurs libéraux de « fanatiques ». Finalement, la motion a été retirée et Landry a remis sa démission à la fin de la session.

Promoteur de méthodes d’agriculture et d’élevage progressistes, Landry s’est acquis une renommée internationale avec son ouvrage intitulé Traité populaire d’agriculture théorique et pratique.

Président suivant : L’honorable Joseph Bolduc

Président précédent : L’honorable James Kirkpatrick Kerr

Portrait de l’honorable Auguste-Charles-Philippe-Robert Landry

Naissance : Québec (Bas-Canada), 1846

Décès : Québec (Québec), 1919

Antécédents professionnels :
agriculture, service militaire, littérature

Affiliation politique : conservateur

Carrière politique :

Premier ministre durant
sa présidence :