Passer au contenu

Les présidents du Sénat du Canada

 

L’honorable Muriel McQueen Fergusson
C.P., O.C., c.r., B.A. (1972-1974)

La vie politique et professionnelle de Muriel Fergusson a été une suite de précédents durement acquis – première femme nommée juge successorale dans le comté de Victoria, au Nouveau-Brunswick; première femme élue conseillère municipale et, plus tard, première femme nommée adjointe au maire de Fredericton, au Nouveau-Brunswick; enfin, première femme nommée à la présidence du Sénat. Après des études à l’Université Mount Allison (la première université au Canada et dans l’empire à décerner le grade de bachelier ès sciences à une femme, en 1875), Fergusson est devenue avocate à l’âge de 26 ans et elle a par la suite repris les rênes du cabinet d’avocat de son mari, dont la santé était devenue défaillante en raison de blessures subies durant la Première Guerre mondiale.

Une des premières attaques publiques concrètes qu’elle a menées contre la discrimination à l’endroit des femmes a eu lieu en 1947 lorsqu’elle a fait une campagne de lobbying couronnée de succès en faveur de l’ouverture d’un poste fédéral de haut niveau aux femmes, poste qu’elle a elle-même obtenu. Partisane libérale toute sa vie, elle a été, en 1953, nommée au Sénat sur l’avis du premier ministre Louis St-Laurent : elle était la troisième sénatrice canadienne.

Dans son discours inaugural au Sénat, elle a dit : « Si je puis aider les femmes à obtenir justice, je le ferai. » Elle a été membre de plusieurs comités sénatoriaux qui s’intéressaient aux droits des femmes et au bien-être des Canadiens et elle a été nommée présidente d’honneur de plusieurs groupes et organismes de bienfaisance sociale. Entre autres choses, Fergusson aurait donné l’impulsion à une modification apportée au Code criminel pour permettre aux femmes d’être membres d’un jury dans des affaires criminelles.

Près de deux décennies après sa nomination au Sénat, le premier ministre Pierre Elliott Trudeau l’a nommée présidente. On dit qu’elle a regretté d’avoir eu à tempérer son franc-parler lorsqu’elle occupait le fauteuil. Bien qu’elle n’ait exercé la charge de présidente que pendant 21 mois, il reste qu’elle a fait la promotion du changement au Sénat en faisant embaucher des jeunes femmes comme pages et en exigeant que les titulaires de postes identiques, qu’ils soient hommes ou femmes, touchent le même salaire.

Au décès de Fergusson à l’âge de 97 ans, la lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick, Margaret McCain, a fait remarquer qu’elle était une femme toute menue avec une voix douce et un caractère affable et qu’elle avait balayé bien des obstacles sans jamais être provocatrice ou élever démesurément la voix.

Fergusson a volontairement pris sa retraite du Sénat à l’âge de 75 ans, ayant appuyé fermement la modification constitutionnelle obligeant les sénateurs à prendre leur retraite à cet âge-là.

Président suivant : L’honorable Louise Marguerite Renaude Lapointe

Président précédent : L’honorable Jean-Paul Deschatelets

Portrait de l’honorable Muriel McQueen Fergusson

Naissance : Shediac (Nouveau-Brunswick), 1899

Décès : Fredericton (Nouveau-Brunswick), 1997

Antécédents professionnels :
droit

Affiliation politique : libérale

Carrière politique :

Premier ministre durant
sa présidence :